24 mai 2017

Hello tous le monde,


  Aujourd'hui je reviens sur mon premier vrai Trail qui c'est dérouler à Ebreuil (03) le dimanche 30 avril 2017. Je me suis lancer un paris complètement fou, c'est de faire les 17 km avec 375 D+. Je n'ai jamais fait une telle distance, et en déniveler n'en parlons même pas je n'en faisais absolument pas.



  Du coup je retrouve les filles à 8h pour un covoiturage. Arriver sur les lieux à 8h30 le stress commence à monter, on croise les personnes de Footing Vichy, et on va chercher nos dossard. En cadeau nous avons eu un tour de coup au couleur de la course (ça change des t-shirt). Les coureurs du 40 km sont partis à 8h, ceux du 26 km sont partis à 9h, et nous le 17 km sommes parties à 9h30. Et il y a eu le départ du 9 km à 10h30.



  Le départ est lancé, on n'est dans le milieu du groupe est ça part vraiment trop vite pour moi et je me crame un peut du début, donc je décide vite de ralentir. A peine 1 km de passer que l'on se retrouve avec une côte, pas beaucoup d'espace, ça bouchonne et tous le monde marche. Ensuite on se retrouve avec une descente qui permet de doubler ceux qui nous gène un peut. Et ensuite le calvaire commence pour moi. Le cardio n'a pas arrêter de varier mais très haut. Du coup la moindre côte j'étais essoufflée, mais j'étais avec les filles qui m'ont permis de ne pas lâcher du début à la fin.

  On enchaîne les côtes, on croise de randonneurs, les bénévoles sont vraiment au top avec le sourire et de bonne blague. On passe des petites échelles pour éviter les barbelés, on se retrouve dans un espace naturelle magnifique, on en prend juste pleins les yeux à se moment la. Et avant le ravitaillement une côte interminable, mais avec de magnifique paysage. oui oui j'en ai pris pleins les yeux.



Et la ravitaillement où l'on décide de ne pas trop s'éterniser, et on repart dans les bois, une descente juste génialissime qui ne se fini pas. et j'ai adorer. Mais arrivées en bas un ruisseau à traverser, rien pour le passer. Du moins si, nos pieds avec nos chaussures, bin je peux vous dire que l'eau été froide quand même. Ensuite on se retrouve sur du plat, je ne sais plus sur quel distance mais un petit moment. Et on enchaîne sur 3 autres traverser de petite ruisseaux. Un vrai régale dans l'eau froide de faire *splock-splock*.



  Et la on se retrouve avec pleins de chemins et pleins de monde autour de nous (car oui on était seules au monde pendant plusieurs kilomètres s'était sympathique), et en regardant les dossard ont se rend compte qu'il y a ceux du 9 km et du 26 km. Du coup c'est sympa de se retrouver avec tous. De pouvoir discuter avec certains, dans une côte qui grimpe encore pas mal, suivie d'une descente avec le ravito au bout. Ensuite on enchaîne avec un passage de barbelé avec une petite échelle, et la c'est le début de la fin pour moi. C'est côte sur côte, Caro qui me propose un selfi vache, et on se retrouve devant un mur par la suite. Après s'être tirer avec la corde, mettre fais aider par Caro dans un passage compliquer, on arrive tous en haut. Et je laisse les filles partir devant car je les ralentis et ça m’embête vraiment. 




  Dernière partie, de descente assez pentu j'ai envie de dire car perso si je courrais je me faisais une cheville, et au bout de 1 km je re trouve la civilisation. Il me reste que 2 km. Dans ma tête les émotions se mélange complètement: heureuse, mais en souffrance en même temps. On tourne est retourne dans les petites ruelles, et la je vois l'eau en face de moi qu'on longe, en pleins soleil, super dure dure, On traverse le pont, rebelotte on tourne et retourne dans les maisons, et la je vois le super pont de canoës. Mais arrivé devant impossible de courir dessus, instabilité ou tête qui tourne... Les deux je pense, n'ont pas fait bon ménage, mais je l'ai passé et me voila à essayer d'accélérer, a vrai dire je ne sais pas comment j'ai fait pour avancer, je n'étais plus mettre de mes jambes. Mais je suis arrivée sur cette ligne d'arrivée, en pleure dans les bras des filles mais JE L'AI FAIT. 








  Et franchement à l'arrivé il y avait des élèves de l'école de kiné de Vichy et je me suis pas fait prié pour un bon massage des mollets avec les popines.

  Du coup je finis se trail en 2h 22min 04sc. Un temps que j'apprécie beaucoup plus avec le recule et les jours passé après la course. Et que les douleurs qui été musculaires sont passées aussi. Que j'ai vécu une superbe expérience et que maintenant je cherche encore des trails à faire avant mon objectifs de fin d'année.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire